Territoire sur les marches de l’Empire russe, son nom « Oukraina » vient de « Okraina » (« à la périphérie » en slavon), ce pays a hérité de son passé impérial et soviétique une diversité ethnoculturelle qui, au lieu d’en faire une force dans la mondialisation, est vécue comme une faiblesse.

L’Ukraine a hérité de son passé contemporain des problèmes identitaires qui ont des racines profondes et sont le terrain sur lequel des ambitions géopolitiques ont pu se développer.

La question linguistique : entre jacobinisme culturel et utilisation politique de la russophonie.

Depuis 1990, la question linguistique n’a cessé d’agiter le spectre politique ukrainien.

La langue ukrainienne a été niée sous l’Empire russe, où elle était qualifiée de « dialecte petit-russien ». Ensuite, elle va se développer au début du XXe siècle encouragée par l’empire austro-hongrois, dans lequel la Galicie (région la plus occidentale de l’Ukraine actuelle) était placée.

Staline, architecte de la politique des nationalités au sein du pouvoir soviétique va instituer, de 1920 à 1932, dans le cadre de la politique générale d’« autochtonisation » soviétique1, une politique d’ukrainisation reposant sur les mesures suivantes :
1. imposition de la langue ukrainienne à l’école sur tout le territoire de l’Ukraine soviétique ;
2. l’obligation d’imprimer au moins un journal en langue ukrainienne dans chaque chef-lieu d’Oblast (région administrative) ;
3. l’obligation pour les fonctionnaires exerçant en Ukraine d’apprendre la langue ukrainienne ;
4. l’utilisation obligatoire de l’ukrainien comme langue administrative au 1er janvier 1926.

La question linguistique va disparaître de la discussion politique dans l’Ukraine soviétique de 1939 à 1989. À cette époque, la renaissance du nationalisme ukrainien sous l’ombre de la démocratisation de l’URSS prônée par Mikhaïl Gorbatchev.

En effet, depuis la partie occidentale de l’Ukraine, définitivement rattachée à la RSS d’Ukraine après la Seconde Guerre mondiale, va renaître le mouvement nationaliste ukrainien. Un nouveau mouvement politique voit le jour : le roukh.

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement.
Se connecter Adhérer

Articles similaires