La volonté de faire diminuer l’abstention semble devenue un marronnier de la pensée politique aussi présent et volubile dans la bouche ou sous la plume des analystes qu’il est modeste dans ses résultats. Après tout, pour une classe politique l’abstention est un risque et une opportunité dans le même mouvement. Un risque, car à avoir une légitimité par défaut on s’expose à des oppositions, des révoltes et à une tension sociale rendant le fait de gouverner impossible. Mais également une opportunité, car malheureusement le fait d’avoir le pouvoir n’implique pas systématiquement de se poser les questions de son usage pour le bien commun. On peut gouverner sans se poser la question de sa légitimité à gouverner.
Dans l’optique où l’on considère sincèrement l’abstention comme un problème et non comme une posture singeant l’affliction de la voir monter, plusieurs solutions ont été avancées qu’il convient d’analyser comme de critiquer.

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement.
Se connecter Adhérer

Articles similaires