par Pierre-Yves Rougeyron

La Constitution de la Vème République n’inclut pas dès 1958 l’élection du Président de la République au suffrage direct. Entre 1958 et 1962, le Président est élu par un collège de 81 754 grands électeurs. Le Président de la République étant la « clé de voûte » des institutions d’après Michel Debré, l’un des principaux rédacteurs de la Constitution, le général de Gaulle a souhaité en changer le mode de désignation pour garantir à ses successeurs une légitimité équivalente à celle que l’Histoire lui avait conférée. À la suite de l’attentat du Petit-Clamart, le Général décide d’enclencher le processus qui mènera à la réforme de 1962, adoptée par référendum. En 1965 se déroule la première élection. Cette première fois verra les débuts des grandes questions qui nous occupent à chaque présidentielle.

L’élection et les médias

Dans cette élection de toutes les nouveautés, en plus du suffrage universel, cette élection est la première relayée entièrement par la radio et surtout la télévision. La moitié des ménages métropolitains possède un récepteur de télévision noir et blanc pour la première chaîne (6,5 millions de postes) et chacun des 6 candidats se voit attribuer deux heures d’antenne aux meilleures heures d’écoute (de 13 h à 13 h 30 et de 20 h 30 à 21 h), réparties selon le principe d’égalité en sept interventions entre le 19 novembre et le 3 décembre, avant-veille du premier tour.

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement.
Se connecter Adhérer

Articles similaires