Livre : Le sultanat du Mali – Histoire régressive d’un empire médiéval XXIe-XIVe siècle
Temps de lecture : 2 minutes
Photo :
Abonnement Conflits

Livre : Le sultanat du Mali – Histoire régressive d’un empire médiéval XXIe-XIVe siècle

par | Livres, N°12 Histoire Magazine

Article publié dans Histoire Magazine N°12

Du début du XIIIe jusqu’aux années 1460, au cœur du Sahel, a existé un empire : le sultanat du Mālī. Une confédération qui a contrôlé un immense espace des rives de l’Atlantique jusqu’à Gao ; pièce maîtresse du commerce entre Afrique et monde méditerranéen ; État original ayant édicté la charte du Mandén (vers 1220-1236), considérée comme la première déclaration des droits humains. Mais comment faire l’histoire d’une telle puissance qui a laissé très peu de traces écrites ou archéologiques ? Une des principales sources est le récit du voyage de l’empereur Mans a Musa en Égypte, en 1324, périple pendant lequel il aurait voyagé avec dix tonnes d’or ; un évènement connu par des sources mamelouks et non pas par les intéressés. Comment passer d’un vision extérieure (par des Égyptiens, des Européens, des Arabes…) à une histoire de l’intérieur ?Hadrien Collet fait œuvre d’historiographe en décortiquant les documents éloignés dans le temps et dans l’espace du sultanat mais qui nous le font comprendre. Il commence dans notre monde actuel héritier des travaux des orientalistes du XIXe siècle et de la « science coloniale » pour arriver à une «africanisation » de cette histoire (1950-1960),avec par exemple lesTimbuktu Studies, puis à une discipline universitaire et des ressources digitales. Cette strate repose sur des sources écrites entre le XVIIe et le XIXe siècle, émanation d’une d’historiographie arabisante qui s’interroge sur le souvenir laissé par le sultanat et ses implications sociales. Plus pro-fond, se trouvent les sources issues de l’islam médiéval avec des auteurs comme Al’-Umarī(1301-1383). Chacun de ces « espace-temps s’empare ainsi du Mālī selon ses propres modalités » (p. 418). Le souvenir mémoriel de l’empire, car bien des griots continuent à chanter ses succès, doit composer avec ces écritures plurielles. En un peu plus de 400pages, le lecteur découvre la richesse des récits de voyageurs, les interrogations de théologiens, les hésitations des explorateurs.Il voit que, même aujourd’hui, l’histoire n’est jamais neutre. Il découvre aussi que, loin de sa priori, l’Afrique a toujours été dans l’histoire du monde. Au-delà du sultanat, cet ouvrage est une puissante réflexion sur la manière d’écrire l’histoire. Une superbe leçon.

LE SULTANAT DU MALI Histoire régressive d’un empire médiéval XXIe– XIVe siècle

Hadrien Collet

CNRS éditions 479 p.

2022 26 €

À propos de l’auteur
Philippe Martin

Philippe Martin

Philippe Martin est professeur d'histoire à l'université Lyon 2 Lumière. Il dirige l'ISERL (Institut Supérieur d'Etudes des Religions et de la Laïcité) et le GIS-Religions du CNRS. En 2007, avec Jean Lanher, il a étudié et publié le récit écrit par dom Loupvent. Il a notamment publié Le théâtre divin. Histoire de la Messe, xvie-xixe siècle. et récemment Les religions face aux épidémies de la peste à la covid-19 aux éditions du Cerf en 2020.
La Lettre Conflits

La newsletter d’Histoire Magazine

Voir aussi